Problèmes et défis posés au Bangladesh

L'agriculture et la pêche

 

 

Le Bangladesh est resté un  pays dont l'agriculture emploie encore près de la moitié de la main d’œuvre ; mais elle ne contribue qu'au 1/5ème de la richesse nationale. Selon les statistiques officielles (http://www.bbs.gov.bd/WebTestApplication/userfiles/Image/SY2010/Chapter-04.pdf ), il y a près de 15 millions d'exploitations agricoles (sans compter les jardins familiaux), d'une surface moyenne de 0,6 hectare : 10 % seulement des exploitations dépassent 3 hectares !

 

 

Une agriculture intensive

Le régime des saisons permet plusieurs récoltes sur une grande partie des parcelles : 1,7 en moyenne par an. La culture la plus importante est celle du riz (voir la note sur « les riz cultivés » dans la partie « Connaître le Bangladesh, Petit glossaire »), qui contribue à plus de 60 % de la valeur du total des productions végétales. Les autres céréales sont peu importantes, même si la culture de maïs connaît une croissance rapide.

La productivité de l'agriculture a fortement progressé, si bien que l'auto-suffisance en riz ne semble plus hors de portée dans les  années sans graves catastrophes naturelles. Cela est dû en particulier au développement de l'irrigation : les 2/3 des terres sont irriguées, pour la majorité avec de l'eau pompée dans les nappes phréatiques (en particulier dans les nappes profondes avec des puits tubés). L'utilisation de variétés améliorées, de davantage de fertilisants et de pesticides tend à se généraliser.

 

 

Des productions variées

Outre les fruits et légumes (pommes de terre, oignons, légumes secs, épices…), parmi les autres productions végétales commercialisées, on peut citer le jute, les oléagineux (moutarde), la canne à sucre, le thé, le tabac (en progression dans les Chittagong Hill Tracts).

Les productions animales sont relativement réduites, notamment faute de terres disponibles. L'élevage reste dispersé et traditionnel, sauf pour la production d’œufs et de volailles où des productions industrielles se développent.

 

 

Pêche et aquaculture sont importantes

Les produits de la pêche et de l'aquaculture sont très développés. La pêche en mer ne représente que 20 % de la production, et elle est principalement le fait de pêcheurs artisanaux. La production de l'aquaculture, dans les mares, les zones humides (baors, beels), les fermes d'élevage de crevettes est équivalente en tonnage à la capture (pêche dans les rivières, notamment du poisson le plus prisé, hilsa, ou sur les terres inondées). La production de crevettes destinées à l'exportation a triplé en 20 ans ; elle est devenue une importante source de devises, mais cela ne va sans poser de problèmes écologiques et sociaux dans les régions (Sundarbans) où elle s'est développée. Les exportations de poissons surgelés se développent également.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comit de soutien  CK-SAVAR BANGLADESH