Les actions de GK

La formation professionnelle des femmes

 

Dès ses débuts, GK a  accordé toute son importance à la promotion des femmes, fondée sur l'accès à la formation professionnelle. On pourrait ainsi retracer l'histoire de GK à partir de la succession ininterrompue de ses avancées en matière de formations professionnelles réservées aux femmes. Et les programmes les plus récents de GK sont eux aussi construits sur ce pivot central qu'est l'émancipation des femmes par leur accès à des responsabilités professionnelles.
Fidèle à ce principe de se mettre au service de " l'empowerment " des femmes, GK a ouvert de nombreuses offres de formation qu'il réserve en priorité aux jeunes filles des milieux pauvres de la ruralité.

 

Bref rappel des nombreuses actions :

formation des paramédics dans les centres de Savar et de Shreepur

formation des TBA (sages femmes traditionnelles) et formation aux soins pour les personnes âgées

formation des institutrices à Savar

formation continue dispensée par les institutrices et les paramédics dans les villages en direction des mères de famille concernant aussi bien les soins et l'hygiène que la gestion des écoles pour les membres des SMC (conseils d'école) 

formation des femmes employées à l'usine textile de Shirajganj

formation des conductrices d'engins agricoles pour les Chars et les Chittagong Hill Tracts (CHT). Dans les Sundarbans, suite au cyclone de 2007, un programme de soutien par l’agriculture a été mis en place. Dans ce cadre, les femmes des villages ont été formées à la conduite de motoculteurs. Et ce sont bien souvent elles que l’on voit labourer les champs sur les engins  donnés par GK

formation des femmes responsables de coopératives agricoles pour l'amélioration des méthodes d'agriculture et l'accès à l'eau potable

Ces différentes formations sont relatées en détail dans chaque rubrique correspondante : santé, éducation, amélioration des méthodes d'agriculture. A cela, il faut ajouter la création d’un

Institut de formation professionnelle technique (VTTI) destiné aux jeunes non qualifiés.

Avec les lois nouvelles rendant l’instruction primaire obligatoire, assorties d’un engagement de l’Etat de participer aux frais de fonctionnement des écoles primaires, GK a entrepris de confier ses écoles Gonopatshala aux communautés des villages avec prise en charge des salaires des institutrices par l’administration.

Mais l’éducation restant pour GK un outil de développement majeur, il a obtenu l’agrément des pouvoirs publics pour ouvrir le VTTI à Savar, dans les anciens locaux de l’université.Le Bangladesh gagnerait en effet en ressources si sa main-d’œuvre agricole qui migre vers les villes et les industries de fabrication était plus qualifiée. Ce programme vise à l’amélioration des compétences de cette main-d’œuvre aujourd’hui sous-qualifiée. 

GK a obtenu l’agrément de l’Etat pour ces formations :

- bureautique informatique : à la suite d’un stage d’une durée de 360 h sur une période de trois mois, les élèves peuvent passer l’examen de premier niveau du gouvernement. L’enseignement se fait en anglais et en bengali et ce département dispose actuellement de huit postes de travail.

- coupe et couture : l’apprentissage se fait sur des machines mécaniques, l’objectif des stagiaires étant d’économiser pour s’acheter une machine à coudre et de gagner leur vie en travaillant à domicile.

- chauffeur : cette formation d'une durée de six mois existait déjà à Savar et à Dhechuapalong dans le district de Cox’s Bazar (où elle a débuté en 1992) et dépend maintenant du VTTI. Le niveau scolaire minimum requis est celui de la classe huit. Le recrutement pour ces stages se fait auprès de catégories pauvres ou très pauvres, souvent par promotion interne (quelques femmes agents de sécurité de GK sont maintenant chauffeurs). L'examen est national et les débouchés sont chez GK, dans d’autres ONG, dans des hôtels ou dans le privé. Les femmes n’ont pas l’autorisation de l’Etat de conduire des bus ou des taxis. 

D’autres sections qui existaient aussi auparavant perdurent dans le cadre du VTTI : menuiserie, soudure et fabrication, électricité.
GK espère obtenir d’autres agréments au fur et à mesure du développement du VTTI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comit de soutien  CK-SAVAR BANGLADESH